unseen structure

décembre 2013

Audio / visual architecture
par Françoise ANGER & Thierry DILGER
Musée de l'Homme en chantier projet dirigé par Cécile Aufaure / projet Art In situ

Le Musée de l'Homme en plein chantier de rénovation, laisse apparaître le squelette brut de son bâtiment. L'homme y façonne de nouveaux accès, met en scène l'espace et crée des structures éphémères (échafaudage, tranchées...). Cet ensemble invisible au public est une pierre marquante dans l'histoire du Musée.
Unseen Structure propose de prendre appui sur cette ossature, de la mettre en valeur et d'en révéler de nouvelles dimensions. En prenant place dans l'Atrium et le balcon des sciences, le visiteur pourra découvrir la cathédrale d'échafaudage qui est installée. L'espace est traversé par une vingtaine de rayons lasers verts. Ces rayons remplissent l'espace pour former une nouvelle structure : un polyèdre géant. Les lasers finissent leurs courses dans une architecture alvéolée. Cette «cellule» est suspendue dans l'échafaudage. La lumière des lasers concentrée, dévoile une «cellule humaine». Cette «cellule» est en matière plastique transparente, gonflable, légère et facile à installer dans l'échafaudage. Par Le balcon des sciences (niveau 2), le visiteur pénètre l'installation Unseen Structure et la traverse. 16 enceintes sont positionnées dans l'échafaudage par des systèmes d'accroches sécurisés. Un univers s'amplifie au dimension de la pièce. Le tout forme plusieurs géométries à différentes échelles : «la cellule», le polyèdre laser, l'architecture sonore, la cathédrale d'échafaudage, le bâtiment en rénovation. Les formes simples se répètent et s'assemblent en forme complexes plus grandes se mélangeant et créant ainsi la naissance d'un être unique et vivant. Le visiteur pénètre de nuit dans le bâtiment dans le silence et découvre cet espace comme un espace secret, précieux. Face à la taille du bâtiment de l'installation, il devient tout petit. Si petit, qu'il peut rentrer dans l'univers cellulaire de la toute première forme de vie sur terre: la cellule originelle.

webdesign : Alexandra Joubert