détours

deux installations croisées
au bord des larmes, Françoise Anger
night reflection (lumières néons), Christiane Blanc

photographies prises par Christian Blanc et Ludovic de Vita
pendant l'exposition détours / galerie actuel'art
Festival La Nuit Blanche, 2010, PARIS



bande sonore mixée par Thierry Dilger
idée originale Françoise Anger
présentée lors de LA NUIT BLANCHE 2010
DÉTOURS galerie Actuel'art / Paris
durée 6mn



détours dans le off de la nuit blanche 2010
performance-soundpainting participation du groupe Trafic collectif d'artistes
durée 26mn

détours

texte original de Françoise Anger, d'après l'installation La maison de Raquel



Je commence à écrire,
Je commence à dire, à croire.
Je suis dans un jeu incertain. Les dés n'arrêtent pas de s'entrechoquer. Ils jouent ensemble.
Je pense à demain.
Un fil nous guide, guide nos pas, nos rencontres.
Nos regards se croisent. Nous sommes enveloppés, emmitouflés. La légèreté.
Nous sommes au bord du rivage et nous ne savons pas encore comment naître. Nous sommes au tout début du roman. On avance. On suit le chemin qui se dessine devant nous.
Le vide et le plaisir coexistent.



Eau
Vagues
Cailloux
La nuit, au bord du rivage, les pierres s'entrechoquent avec le mouvement de l'eau et des vagues.









Tu te souviens de moi ?


Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?




Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?
Tu te souviens de moi ?









J'ai passé du temps dans cette maison qui se dit atelier. On sent la fraîcheur de vivre, mélangée à un passé intense, à toute une vie.
La jeunesse et la vieillesse se rencontrent en un endroit ensoleillé.
Les toiles d'araignées dessinent le mouvement de vivre. Chaque pas est encerclé de toiles. Le chemin est parsemé de brides du passé.
Elle veut faire des fêtes comme au bon vieux temps. Elle garde espoir. Elle est vive, souriante, elle est encore dans l'actuel.





Elle veut savoir !
Mais savoir quoi ?
Que le temps passe.





Je me sens sensible dans cette maison. Je me sens proche d'un désir interne
Qu'est-ce qu'on peut retenir de ce moment ?
Du blanc, du bleu, des toiles d'araignées, des souvenirs, la froideur, le morbide, le passé.
Un endroit arrêté, reculé.


Cela ressemble à la Plaza Matute, il y a bien longtemps de ça...









Maintenant, il est loin, il est parti.
On s'est séparé, on s'est désuni.
L'eau et les pierres ne s'entrechoquent plus.
L'eau a repris son destin et les pierres sont restées là, dans le présent qui les borde, les anime.
Un léger parfum s'en est allé.
Un sentiment de tendresse a frôlé mon corps, mon âme.
Mes sens se sont réveillés pour ensuite les laisser au bord du rivage.
C'était des vagues, des vas et vient,
un bain,
un encerclement,
une lumière venue de loin.









           imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine i

                 imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine

imagine imagine imagine imagine                 imagine imagine imagine imagine imagine imagine i

imagine imagine imagine imagine imag        ne imagine imagine imagine imagine imagine i

imaginimagine imagine imagine imagin                       imagine imagine imagine

imagine imagine imagine imagine                  imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine i

     imagine imagine imagine imagiimagine imagine imagine imagine imagine

imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine

imagine imagine imagine imagine imagine imagine

             imagine imagine imagine imagin imagine im

imagine imagine imagineine imagine imagine imagine imagine imagine imag

     imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagin

imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine ima

imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine imagine i









Des pierres dans de l'eau
Une lumière blanche éclaire les pierres et l'eau
La lumière clignote
L'eau a un léger mouvement
Je cherche le réconfort
0607834890









C'est un bout de la maison de Raquel
La maison de Raquel
2009
Malakoff
Raquel
Dans son atelier
La poussière
La présence de Raquel
Mémoire, images, souvenirs, étincelles
Le temps
où va le temps ?
Femme de 80 ans
Juive
Américaine
Artiste
Peintre


La mort
Les gens
Les amis
Les artistes disparus
Encore vivants
Reconnus
Illusion
Réalité
Distorsion

Raquel

Tu reviens, Raquel ?
Dans la mémoire de Raquel
Malakoff
Juive, Américaine
La France

Comme une mémoire de poussière
Doucement, en morceau
Dessous !          La terre, Raquel !
La terre !
Illusion ! La terre! Illusion !
Oh! Raquel ! On t'entend encore
Tes tableaux par terre et les pinceaux à l'abandon
Juive, américaine
La bohème, la belle bohème          Paris
40, 50, 60, 70, 80
Où es-tu Raquel ?          Malakoff
Le ciel, illusion, réalité
La maison de Raquel, Malakoff 2009

webdesign : Alexandra Joubert